Edito #1

Chères adhérentes, chers adhérents,

Depuis des mois, nous faisons face à une baisse continue des autorisations de permis de construire s’expliquant notamment par une succession d’événements tels que les élections municipales, les évolutions de documents d’urbanisme, Covid-19…et nous n’avons eu de cesse d’alerter sur les effets dangereux d’un déséquilibre entre l’offre et la demande sur le marché.

Malgré ces alertes, ce 1er trimestre 2021 est sans appel, nous enregistrons une baisse de – 49% des mises en vente sur le territoire normand (comparé au 1T20), portant l’offre commerciale à 2500 logements, soit un volume parmi les plus bas observés depuis la création d’OLONN en 2012.

Si l’intérêt pour l’immobilier neuf – valeur refuge – est avéré avec des réservations nettes en hausse de +6% par rapport au 1T20 et une demande constante auprès de nos équipes commerciales, le manque de renouvellement de l’offre se ressent sur les principaux marchés. Seul Le Havre Seine Métropole affiche une belle dynamique suite au lancement en 2020 d’opérations emblématiques.

Nul ne sortira vainqueur de cette posture, le secteur immobilier – y compris ancien – est touché par une crise de l’offre ayant pour effet immédiat l’augmentation des prix.
A court terme, le secteur de la construction, générateur d’emplois, sera durement impacté par une crise totalement artificielle, née d’un manque d’offre sur le marché ! La profession, déjà impactée par la crise sanitaire, n’a pas besoin de cela.

Alors qu’il est de plus en plus difficile de trouver des terrains et d’obtenir des permis de construire, il est urgent de renouer avec un discours volontariste et positif sur la construction de logements.

A travers ce premier édito en qualité de président d’OLONN (j’en profite pour vous renouveler mes sincères remerciements pour la confiance que vous m’accordez), je formule le souhait de travailler tous ensemble (Etat, collectivités et professionnels) à la relance de la construction, la définition des besoins des ménages et au modèle de logement auquel les français aspirent : qualitatif, durable et abordable.

Bonne lecture, Guillaume BASILE